https://www.pme-pmi.org fr glossaire-keyword

Ubérisation

Ubérisation est un terme que l'on retrouve sur internet et dans les médias. Mais que signifie-t-il ?

Qu'est-ce que l'ubérisation ? 

Le mot Ubérisation est un dérivé du nom de l’entreprise Uber, une application mobile qui met en contact des conducteurs VTC et de futurs passagers. On parle justement d’ubérisation pour qualifier ce nouveau lien direct, instantané, qui unit le producteur d’un service à son ou ses bénéficiaire(s). Il s’agit d’un modèle économique novateur, qui entre en concurrence directe avec l’ancien, dans le cadre d’une entreprise ou d’un secteur d’activité. Le terme d’Ubérisation est nouveau dans le monde de l’économie. Il a d’ailleurs fait son entrée dans Le Petit Larousse en 2017.

Un nouveau modèle économique ? 

L’ubérisation repose sur les nouvelles plateformes numériques et contourne les modèles traditionnels. Si le début de cette ubérisation a donc commencé avec la mise en circulation de véhicules VTC, d’autres plateformes ont depuis vu le jour pour permettre aux utilisateurs et aux prestataires de communiquer plus efficacement, via des intermédiaires numériques.

Ces plateformes numériques sont monétisées différemment. Les entreprises Uber , Airbnb (plateforme communautaire de réservation et de location de logements) et La Ruche qui dit Oui (économie collobarative, mettant en contact les consommateurs et les producteurs) prélèvent une commission sur les transactions. Le Bon Coin (site d’annonces commerciales) vend des encarts publicitaires et Homexchange (anciennement GuestoGuest, plateforme d’échanges de maisons et d’appartements entre particuliers) offre d’autres services payants.

Comment fonctionne-t-il ? 

L’ubérisation repose sur le crowdsourcing (une sous-traitance gérée par la foule) : des utilisateurs flexibles et volontaires se portent volontaires pour effectuer un certain nombre de tâches. Une ubérisation d’un service place l’ensemble de ses acteurs en tant qu’entrepreneurs, ce qui brouille la frontière entre collaborateurs de la plateforme et travailleurs professionnels. C’est pour cela que l’un des points noirs de l’ubérisation est la très grande concurrence qui y règne.

Les opportunités de ce modèle ? 

Les prestataires de l’ubérisation doivent tous posséder un statut d’auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur). Il a d’ailleurs été créé en 2008 : il s’agit d’un registre simplifié de l’entreprise individuelle. Le travail indépendant permet à chacun de travailler comme il l’entend, en adaptant son emploi du temps. Si ce statut promet de la liberté à quiconque le souhaite, puisque chacun devient son propre patron, la réalité est plus compliquée qu’il n’y paraît. Certains doivent travailler plusieurs dizaines d’heures par jour pour tenter de se dégager un salaire correct chaque mois.

Le plus gros reproche fait à l’ubérisation des services est un « salariat déguisé », lié à la sous-traitance. Les critiques dénoncent par là le moyen qu’auraient les entreprises de se débarrasser des charges patronales en prenant de la main d’œuvre bon marché. Les entreprises sont aussi accusées de forcer les prestataires à prendre le statut d’auto-entrepreneur.

 

Si vous désirez une définition complète et détaillée, retrouvez tout le nécessaire ici : ubérisation